Interview du PDG d’Airbus Helicopter , Bruno Even

Le marché des hélicoptères est-il très affecté par la crise sanitaire ?

La dynamique est très différente de celle de l’aviation commerciale. Si certains de nos clients dans le tourisme, le transport de VIP ou dans l’offshore est très affecté par la crise, l’hélicoptère reste indispensable dans de nombreux secteurs, notamment sanitaire.

On estime aujourd’hui à 15 % le recul des heures de vol de la flotte mondiale d’hélicoptères d’Airbus. En revanche, les prises de commandes sont en recul de 40 à 50 % par rapport à 2019, l’incertitude repoussant toute décision d’investissement.

Interview du PDG d’Airbus Helicopter , Bruno Even

Le marché des hélicoptères est-il très affecté par la crise sanitaire ?

La dynamique est très différente de celle de l’aviation commerciale. Si certains de nos clients dans le tourisme, le transport de VIP ou dans l’offshore est très affecté par la crise, l’hélicoptère reste indispensable dans de nombreux secteurs, notamment sanitaire.

On estime aujourd’hui à 15 % le recul des heures de vol de la flotte mondiale d’hélicoptères d’Airbus. En revanche, les prises de commandes sont en recul de 40 à 50 % par rapport à 2019, l’incertitude repoussant toute décision d’investissement.

Chez Airbus Helicopters, très peu de commandes ont été annulées et, grâce à la répartition de nos activités entre le civil et le militaires, nous prévoyons une baisse des commandes contenue entre 25 % et 30 %. Comme nous avions subi de plein fouet il y a quelques années la crise du marché de l’offshore, nous avions déjà fait un effort important d’économie, et la crise du Covid ne nous a pas pris par surprise en pleine accélération de cadences comme la branche aviation.

snpnac3
Author

Comments are closed.