Tag

slider

Browsing

“Innovation for Enhanced Resilience in International Civil Aviation”
ICAO 2022 Innovation Fair disponible sur  ICAO TV!

Si vous avez manqué l’évenement en direct, ce n’est pas trop tard ! Vous pouvez voir toutes les sessions quand vous voulez, d’où vous voulez sur ICAO TV !

 

ICAO hosted the ICAO 2022 Innovation Fair at ICAO Headquarters in Montréal, Canada, from 24 to 26 September 2022. It addressed the theme of “Innovation for Enhanced Resilience in International Civil Aviation.” Review the event directory here.

During the fair, there were four Industry Skytalks and one ICAO Innovation workshop Skytalk. You can watch them on demand here.

 

Si vous avez manqué l’évenement en direct, ce n’est pas trop tard ! Vous pouvez voir toutes les sessions quand vous voulez, d’où vous voulez sur ICAO TV !

 

ICAO hosted the ICAO 2022 Innovation Fair at ICAO Headquarters in Montréal, Canada, from 24 to 26 September 2022. It addressed the theme of “Innovation for Enhanced Resilience in International Civil Aviation.” Review the event directory here.

During the fair, there were four Industry Skytalks and one ICAO Innovation workshop Skytalk. You can watch them on demand here.

 

 Compagnies “Low Cost” Etrangères, basées en France : RAPPEL A LA LOI

L’actualité de ces derniers jours fait état de 2 compagnies aériennes étrangères dites « Low Cost » (l’une Maltaise filiale d’un groupe Irlandais : MALTA AIR, l’autre Espagnole : VOLOTEA), toutes deux basées en France, cherchant coûte que coûte à faire supporter par leurs personnels navigants une pression sociale incompatible avec le droit social français et la sécurité des vols. Le SNPNAC alerte le Ministère de la Transition écologique chargé des Transports, ainsi que le Ministère du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion sur les pratiques sociales de ces compagnies, source de risques psychosociaux pouvant mener soit à des incidents graves, soit à des accidents aériens. Le SNPNAC rappelle que le coût déraisonnablement bas du billet d’avion et la concurrence déloyale pratiqués par ces compagnies sur le territoire national n’ont pas à être supportés par les équipages. Dès les semaines à venir, le SNPNAC : – Soutiendra les mouvements sociaux à venir cet été dans ces compagnies et invite les clients à prendre d’ores et déjà leurs dispositions en se reportant sur des compagnies régulières ayant des pratiques sociales plus vertueuses. – Fera appliquer le droit en vigueur devant les tribunaux, notamment l’article en vigueur du CAC R. 330-2-1, obligeant désormais toute compagnie basée en France à respecter le code du travail Français. – Suivra auprès des services compétents de l’État, les pratiques des compagnies ne respectant pas le droit Français, y compris le droit fiscal. Le SNPNAC rappelle que ces compagnies aériennes ont déjà été condamné à de fortes amendes et dommages et intérêts pour travail dissimulé sur le territoire métropolitain. De même que certaines d’entre elles, viennent d’être contestées en justice par d’autres entités concurrentes sur leurs réponses à des appels d’offres d’exploitation de lignes intérieures avec Délégation de Service Public ; donc subventionnés par l’état Français.

La France a validé le financement de 62 projets de recherche et développement pour un montant total de 376 millions d’euros en 2020 afin de «réduire drastiquement les émissions de la prochaine génération d’avions», a annoncé le gouvernement français.

Les 62 projets sont sélectionnés par le CORAC, le Conseil pour la recherche aéronautique civile, qui regroupe tous les acteurs du secteur de l’aéronautique français. Le gouvernement vise le développement pour 2035 d’un «avion neutre en carbone» fonctionnant à l’hydrogène, vraisemblablement un avion régional dans un premier temps.

 

Répartis sur 117 sites industriels sur le territoire français, les projets «associent les grands équipementiers mais également les ETI et PME et les laboratoires de recherche», a souligné le ministre délégué aux Transports Jean-Baptiste Djebbari.

Le programme de recherche s’articule autour de trois piliers. Le premier vise à «minimiser les besoins en énergie», en recourant à des matériaux plus légers, en optimisant la forme des avions et en concevant des moteurs plus sobres. Le deuxième concerne la recherche de nouveaux carburants émettant moins de gaz à effets de serre, les biocarburants dans un premier temps, puis l’hydrogène. Le troisième axe concerne l’optimisation de la trajectoire des avions et l’amélioration de la gestion du contrôle aérien afin de réduire les temps d’attente au-dessus des aéroports et ainsi réduire le temps de vol.

Ce financement public, qui s’inscrit dans le plan de relance, vise à maintenir les compétences alors que la filière a vu son activité fragilisée par la crise issue du Covid-19, a expliqué le gouvernement. Il s’intègre dans le budget de 1,5 milliard d’euros du plan de soutien au secteur aéronautique sur les trois prochaines années (300 millions en 2020, 600 millions en 2021 et 2022) annoncé en juin dernier par le gouvernement.

Marignane, 22 January 2021 – Airbus Helicopters has started in-flight tests on board its Flightlab, a platform-agnostic flying laboratory exclusively dedicated to maturing new technologies. Airbus Helicopters’ Flightlab provides an agile and efficient test bed to quickly test technologies that could later equip Airbus’ current helicopter range, and even more disruptive ones for future fixed-wing aircraft or (e)VTOL platforms.

Airbus Helicopters intends to pursue the testing of hybrid and electric propulsion technologies with its Flightlab demonstrator, as well as exploring autonomy, and other technologies aimed at reducing helicopter sound levels or improving maintenance and flight safety. 

“Investing in the future remains essential, even in times of crisis, especially when those innovations bring added value to our customers by targeting increased safety, reduced pilot workload, and reduced sound levels,” said Bruno Even, Airbus Helicopters CEO. “Having a dedicated platform to test these new technologies brings the future of flight a step closer and is a clear reflection of our priorities at Airbus Helicopters,” he added. 

Flight tests started last April when the demonstrator was used to measure helicopter sound levels in urban areas and to particularly study how buildings may affect people’s perception. First results show that buildings play an important role in masking or amplifying sound levels and these studies will be instrumental when the time comes for sound modelling and regulation setting, especially for Urban Air Mobility (UAM) initiatives. Testing was pursued in December to evaluate the Rotor Strike Alerting System (RSAS) aimed at alerting crews about the imminent risk of collision with the main and tail rotors.

Tests this year will include an image-detection solution with cameras to enable low altitude navigation, the viability of a dedicated Health and Usage Monitoring System (HUMS) for light helicopters, and an Engine Back-up System, which will provide emergency electric power in the event of a turbine failure. Testing on the Flightlab will continue in 2022 in order to evaluate a new ergonomic design of intuitive pilot flight controls intended to further reduce pilot workload, which could be applicable to traditional helicopters as well as other VTOL formulas such as UAM.

The Flightlab is an Airbus-wide initiative, which reflects the company’s approach to innovation focused on delivering value to customers.  Airbus already has several well-known Flightlabs such as the A340 MSN1, used to assess the feasibility of introducing laminar flow wing technology on a large airliner, and the A350 Airspace Explorer used to evaluate connected cabin technologies inflight.

Pin It